Témoignage : le sophrologue caycédien, véritable professionnel de l’existence

L’AUTEUR

Jacques Corillon, directeur de l’Ecole de Sophrologie Caycédienne de Liège et formateur

L’auteur revient sur le dernier cours du cycle existentiel, dernière année de la formation de sophrologue caycédien qui le convertira en un professionnel de l’existence.

Comme d’habitude, c’est le jeudi que nous sommes arrivés pour ce deuxième et dernier cours du cycle existentiel. Une grande différence cependant, pour la première fois pour notre groupe : la formation avait lieu à Altafulla, magnifique et paisible petite ville de la Costa Daurada (Espagne).
Dès l’arrivée à l’aéroport et l’attente du sophrobus, une joyeuse et détendue groupéité manifeste ses chaleureux effets. La découverte de notre nouveau lieu de formation : l’Altafulla Mar Hôtel est la source de commentaires très positifs qui donneront le ton à toute la formation. Oui, après toutes ces années, Sofrocay est plus que jamais capable de nous surprendre et nous en aurons encore la preuve dès le lendemain. Suite à un malheureux incident lors du traitement de l’eau de la piscine, l’hôtel dut être évacué pendant plusieurs heures, alors que nous découvrions la marche phronique de la responsabilité. La technique commencée dans la salle de cours s’est terminée le long de la mer sous le regard curieux de nombreux habitants et touristes. Natalia et tous les sophrologues présents démontrèrent ainsi que se projeter à l’existence avec l’attitude et les valeurs de notre phénoménologie existentielle permet de donner du sens aux événements, fussent-ils imprévus. Cette adaptabilité nécessaire au bon exercice de notre méthode éclaira d’une lumière tendre l’importance de ces précieux moments d’existence. C’est dans cette chaleureuse atmosphère que se déroula le reste du séjour avec la découverte de la théorie et de la pratique des 2 derniers degrés de la méthode Caycedo. Le samedi nous permit d’assister à une table ronde consacrée à la santé. Elle fut menée avec l’adresse qu’on lui connaît par Bernard Barel. Cette soirée nous permit également de danser au son de la guitare de Maria Jacobs, artiste locale de grand talent.
Le dimanche fut pour notre groupéité la dernière journée en présentiel de notre formation de sophrologue caycédien. Elle fut bien sûr riche d’émotions, notamment grâce à une présentation très touchante d’Ines Cousty, dévoilant vision, programme et perspectives que Sofrocay pro désire apporter aux professionnels de l’existence que sont les sophrologues caycédiens. Nous nous sommes quittés sur des promesses émues de prochaines rencontres, lors de l’université d’été ou au congrès mondial de 2020. Grâce à l’apport enthousiaste de chacun d’entre nous ce fut encore un moment d’existence riche de sens, de sentiments positifs, de vivances structurantes.