Témoignage : petit retour sur l’Université d’Été 2019

L’AUTEUR

Jacques Corillon, directeur de l’Ecole de Sophrologie Caycédienne de Liège et formateur

Nous partageons avec vous ce petit article sur l’Université d’été 2019 et quelques photos de l’événement.

C’est tard le soir que nous sommes arrivés  à Altafulla.
À l’écart des grandes stations balnéaires de la Costa Daurada, la petite ville est paisible, son château et l’église Sant Marti veillent sur elle.
Le matin, ces deux monuments protecteurs de la cité se détachent fièrement sur un ciel bleu qui laisse présager de très bons moments.
Quelle joie que de retrouver nos amis sophrologues, espagnols, portugais, marocains, brésiliens, français, belges, suisses, italiens, canadiens (un clin d’oeil à Claude) et j’en oublie certainement. De quoi parlent des sophrologues lorsqu’ils se retrouvent ? De sophrologie évidemment. Les conversations vont bon train, portant surtout sur ce qui nous attend, quelle suite va-t-elle être donnée à l’université d’été 2018 qui a renforcé la place centrale des valeurs et affirmé celle des vertus.

Dès le début, nous comprenons qu’au cours de ces quelques jours, Natalia Caycedo va continuer le travail entrepris en 2018 à Sant Feliu et affirmer davantage encore la sophrologie comme une science existentielle qui étudie l’homme sur les plans du corps, de l’esprit,  l’âme et la conscience.
La démonstration est bien entendu ponctuée de pratiques, qui, grâce au terpnos logos de Natalia, nous ouvrent tous les possibles. Mes préférées, pour le moment, étant celles déjà devenues “habituelles” des mois phroniques fondamental,  essentiel et existentiel. Un tutorat, chapeauté, comme il se doit, par Ines Cousty, est mis en place afin que chaque participant puisse, à travers ces techniques, trouver la  pleine mesure de son existence.
Le climat et l’attitude positive dans lesquels se déroule notre rencontre annuelle sont propices à de nombreux et amicaux échanges, à des discussions se prolongeant tard dans la soirée.
Natalia, comme l’année passée, peut compter sur la compétence et la bienveillance de Christiane Oppiköffer dont les interventions se trouvent récompensées par des applaudissements particulièrement nourris.
Nous pouvons compter sur le professionnalisme de Mario Hernandez à la captation audio et video et Laurent Winsbak qui réalise des interviews qui iront étoffer une sophrothèque déjà bien garnie.
Deux personnalités exceptionnelles sont mises à l’honneur, Joan Prat et Alicia Gomez, pour leur contribution au rayonnement de notre méthode. Leurs interventions sont émouvantes et permettent de saisir combien la pratique de la sophrologie permet de développer une vision positive de l’existence.
Le samedi soir un petit divertissement, sur le thème de “qu’est-ce qu’un sophrologue, comment travaille-t-il ?” nous est proposé. Les situations cocasses sont interprétées  avec grand talent par Bénédicte Pescio, Catherine Augé, Jeanne Cunill et Patrick Fiorletta.
Et avant que nous ne l’ayons réalisé, c’est déjà la fin, le temps des photos et de se dire au revoir, à l’an prochain pour certains, à bientôt pour ceux qui auront le plaisir de se revoir  entre-temps.
Sur la lancée de celle de l’an passé, cette université d’été 2019 clarifie les fondements de notre méthode et nous propose quelques nouvelles pratiques qui semblent très  prometteuses.
C’est sur le chemin du départ que nous rencontrons Helena, jeune artiste catalane qui nous propose cette aquarelle intitulée “l’arbre de la vie”. Cela nous fait immanquablement penser au logo de la semaine de la
sophrologie qui sera l’occasion de revivre des moments forts, tous ensemble et avec la bienveillante compagnie de Natalia.