Sophrologie et maladies rares

La joie de vivre qui anime Daniel et qui émane de son regard clair est la première chose qui me touche dès le début de notre entretien. Si aujourd’hui Daniel se décrit comme un jeune et heureux retraité âgé de 72 ans, c’est aussi parce qu’il reste actif dans le coaching en management après 55 ans de carrière dont 30 années comme dirigeant d’entreprise.

C’est aussi parce qu’il continue d’appliquer et d’adapter la méthode qu’il a découverte voici quelques années, une méthode qui dès le début s’avère voie de bien-être et de mieux-être tant pour lui-même que pour ses collaborateurs : la Sophrologie Caycédienne.

Alors qu’il est en plein déploiement dans sa carrière de manager, Daniel a constamment des manifestations de sécheresse au niveau de la bouche, des yeux, du sinus, qui persistent malgré des traitements locaux. Celles-ci sont accompagnées de cercles rouges de tailles diverses et entrelacés au niveau de la peau. Suite à différentes recherches et études menées par un collège médical composé de quatre médecins Daniel reçoit le diagnostic :

« Monsieurvous êtes atteint du Syndrome de Sjögren [1]et d’un Lupus subaigu, les cellules sont atteintes, c’est irréversible et en tout cas, cela ne reviendra jamais comme avant ».

Daniel baignait alors dans un environnement sophrologique par le biais de son épouse, kinésithérapeute formée à la sophrologie caycédienne, méthode qu’elle intègre auprès de ses patients afin de leur permettre de vivre une meilleure harmonie corps-esprit.

« Je n’étais pas un de ses patients mais son heureux …mari, et je l’accompagnais dans la suite de ses formations qui étaient encore données par le Pr. Caycedo,, le créateur de la sophrologie. Ma pratique de la méthode était donc occasionnelle jusqu’à ce cours, en 2004, où lors d’une technique du 8ème degré de la méthode dans laquelle la percussion sonore est utilisée, se manifesta avec surprise et bonheur « le phénomène ». Ce phénomène s’est manifesté par des sensations précises, une perception incroyable de mon système ORL et des phénomènes physiologiques :  les percussions sonores généraient une douce vibration interne qui tout à coup dégagea tous les canaux du système ORL. Je salivais, le liquide lacrymal coulait de mes yeux et mes sinus étaient totalement ouverts, je respirais comme cela ne m’était plus arrivé depuis longtemps.

Fort de cette expérience phénoménale, j’ai su sans aucune remise en question que je détenais là un moyen d’action réel sur les symptômes de la maladie. Dès notre retour j’ai mis en place mon propre entraînement sophrologique. Chaque fois que je pratique une technique c’est un sentiment de bonheur en plus des effets immédiats sur les symptômes : j’atténue et maîtrise les symptômes de cette maladie. J’adapte les techniques à mon quotidien et grâce à mon entraînement régulier qui est devenu comme une ascèse dans ma vie, je fais aussi des techniques « flash » qui ont un effet immédiat en y accordant maintenant peu de temps. J’ai une technique pour me préparer à ma journée, à mon travail, et d’autres techniques adaptées à la maladie. Ma pratique de la sophrologie caycédienne m’a permis de nommer des éléments internes plus profonds que je n’aurais certainement pas vécus si j’étais resté uniquement dans la pratique des quatre premiers degrés de la méthode.

Et puis, il y a les résultats des bilans médicaux et ça c’est une réalité que le Pr Michel Lambert, professeur émérite des cliniques universitaires St Luc à Bruxelles, considère avec le plus grand sérieux : les marqueurs nucléaires restent et resteront mais les paramètres sont et restent positifs. Il m’encourage alors, sans hésitation, à poursuivre ma pratique sophrologique.

Il n’y a pas de guérison de ces maladies, mais j’ai un moyen d’action. La sophrologie a été et est une valeur importante dans mon fonctionnement intérieur. Et cette capacité d’agir soi-même c’est un sentiment de liberté extraordinaire.

J’ai choisi également de suivre la formation en sophrologie et suis depuis plusieurs années coach en management et sophrologue caycédien. J’ai changé le manager que j’étais et apporte désormais cette méthode dans mon coaching, car le monde des affaires est rude et l’être humain qui y travaille avec engagement en termes de responsabilités sacrifie des valeurs importantes de sa vie, comme la famille et la santé. La pratique de la sophrologie caycédienne permet de se libérer des passions nocives et de progresser avec sérénité dans l’existence. 

Interview réalisée par Jeanne Cunill – 28 février 2021

[1] Le syndrome de Sjögren est une maladie auto-immune systémique caractérisée par une atteinte des glandes exocrines, en particulier des glandes lacrymales et salivaires souvent associée à une autre maladie auto-immune, le Lupus subaigu

Shares
Share This

Partager